Souvenirs d’automne

Aujourd’hui (notez que je parle d’aujourd’hui, mais que je pourrais tout aussi bien parler de tous les autres jours, je pourrais, cela s’est vu, se voit, vous le raconter tous les jours, vous parler en somme tous les jours du jour en cours, mais depuis peu je m’exerce à la discipline, vous savez, rigueur, travail, constance, afin d’obtenir un résultat tangible qui, idéalement mais pas nécessairement, peut se calculer en dollars américains (j’aurais pu choisir une autre devise, l’euro par exemple, ou le yen, mais le dollar américain m’est tombé dessus comme un mot, une habitude, et peut-être parce que j’en ai quelques uns, pas beaucoup, un demi centimètres de dollars américains, avec ça on ne va pas loin, certainement pas au restaurant et de nos jours je dirais que ça s’approche du symbole, de l’image du dollar), ce qui me rassurerait dans ces nuits d’angoisse où repasse le film de ma pauvreté future misère, et je vous assure, il repasse souvent, mais au petit matin je ne m’y attarde pas, je me lève et je cours, je file, je me cogne à tous les meubles comme une boule dans un billard électronique, ces trucs qu’on ne trouve plus que dans quelques villages, démodés depuis longtemps, désuets, mais c’est quand même cela, moi, parfois, cette boule bien solide, qui malgré tous ses détours, ses aller-retours, reste constamment bien collée au sol, oui, je les ai bien ancrés les pieds, terre à terre (quoique ma voisine affirmait le contraire, la semaine dernière, lorsqu’elle est venue prendre l’apéro, ou plutôt, lorsque je l’ai invitée, lorsque j’ai insisté devrais-je dire, pour qu’elle reste, parce qu’il y avait déjà trois amis, elle ne voulait pas s’imposer, rentrer dans un cercle auquel elle n’appartient pas, mais eux aussi ils ont insisté si bien qu’à la fin nous avons ri ensemble, sur la même longueur d’ondes comme on dit, nous l’étions, chacun racontait, elle racontait, elle elle leur a parlé de cette nuit où elle m’avait vu courir à moitié nu au milieu de la rue, elle ignorait pourquoi, elle n’avait vu que moi, c’était drôle mais elle a avoué qu’elle a failli appeler la police, elle me croyait en proie à un délire, ou sous l’emprise d’une drogue, elle s’inquiétait pour moi, mais quand elle m’a vu revenir au pas, essoufflé, et rentrer sagement, elle ne s’est plus occupée de moi, et bien sûr mes amis ont voulu savoir de quoi il s’agissait j’ai raconté cette histoire invraisemblable, je dormais, je ne portais qu’un boxer, c’était l’été j’aurais très bien pu dormir nu mais j’avais un boxer, quand j’ai entendu du bruit au rez-de-chaussée, je suis descendu et là, il y avait une femme, une fort jolie femme, qui m’a dévisagé, qui a souri à la vue de mon boxer et surtout des motifs émoticones, quel stupide boxer, j’ai eu un peu honte devant elle, mais lentement je me réveillais, je me suis rappelé que je ne la connaissais pas, que je n’avais invité personne à passer la nuit chez moi, alors forcément ça m’a paru suspect, elle dans mon salon avec son grand sourire, un sourire qui en d’autres circonstance, si j’avais été dans un parc, par exemple, habillé, mais là, c’était saugrenu alors je lui ai demandé, je l’ai interrogé du regard et de la voix, il me fallait savoir ce qu’elle faisait là, ce qu’une si jolie femme inconnue pouvait manigancer dans mon salon en pleine nuit, à mon insu, et sans détour, fort honnêtement je dirais, malgré les circonstances, elle m’a expliqué qu’elle me cambrilolait, qu’elle savait que je possédais cette petite peinture qui valait une fortune, qu’on la lui avait commandée, un amateur, un très riche amateur sud-américain, je l’ai invitée à partir, ça me chagrinait de l’attrister de la contrarier, j’aurais voulu poursuivre la conversation, faire connaissance en somme et établir une relation, sauf que les circonstance ne s’y prêtaient pas, ne s’y sont pas prêtées puisque partir, elle le voulait bien, mais avec ma peinture, qu’elle avait déjà glissée dans une pochette qu’elle tenait sous le bras et que je ne pouvais lui donner, je n’en avais pas les moyens et je me réveillais vraiment de plus en plus, ce qu’elle a vite compris ou simplement s’est-elle lassée de notre petit conciliabule murmuré, parce que depuis le début ce n’était que ça, des chuchotement comme si nous pouvions réveiller quelqu’un, alors que je vis seul, sans chien sans chat, et mettant abruptement fin à notre charmant conciliabule elle s’est précipitée vers la porte, qu’elle a franchie avant que je n’aie pu réagir, me glissant entre les doigts, ce que je voyais bien, parfaitement éveillé maintenant, si bien que j’ai bondi à l’extérieur et je l’ai vue courir vers le bas de l’avenue, je me suis précipité, jambes à mon cou, en boxer à émoticones, mais elle était plus rapide et j’étais nu pied, des cailloux me blessaient les pieds, j’ai abandonné et suis retourné chez moi pour appeler la police, déclarer le vol sans donner les détails de ma conversation avec la brigande, en espérant que les assurance rembourseraient), un homme qui n’avance qu’en terrain sûr, qui limite les risques au risque de rater sa chance), j’ai soufflé les feuilles d’automne toute la journée, ce qui m’a plu, sans que cela ne ranime les souvenirs, comme ça m’arrivait encore il y a une dizaine d’années.

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s