Feuilles d’automne

MICO: Ma voisine se cache sous les feuilles mortes!

AGENTE DROUIN: Ça ne nous intéresse pas. Votre voisine, elle peut se cacher, ou ne pas se cacher, cela nous laisse indifférents.

MICO: Je soufflais les feuilles, voyez-vous, pour que ce soit propre autour de la maison, et j’ai retrouvé la casquette de mon garçon, les écouteurs de ma fille, le porte-clefs de ma femme, et ma voisine, la femme de mon voisin!

AGENTE DROUIN: Elle n’avait pas été portée disparue.

MICO: Vous ne comprenez pas? Elle se camouflait! Depuis des jours elle se cachait sous les feuilles! Elle était là en mission, voyez-vous. Ça me donne froid dans les omoplates.

AGENTE DROUIN: Si vous avez besoin d’un orthopédiste, c’est la porte d’à côté.

MICO: C’est de l’espionnage industriel, madame l’agente. Très grave, conséquences lourdes, condamnation impérative.

AGENTE DROUIN: Il n’y a pas d’industrie. Votre plainte est irrecevable.

MICO: L’industrie, c’est moi! Je suis l’industrie! Je travaille dans mon sous-sol, consultant en consultation pour futurs consultants en déploiement des forces intrinsèques. J’ai onze clients. Ma voisine, elle veut me les voler!

AGENTE DROUIN: Vous imaginez des complots, monsieur, comme votre autre voisin, celui du bout de la rue.

MICO: Lui, c’est un dégénéré. C’est différent. Moi, je suis la victime d’un espionnage automnal. Voyez ces photos que j’ai prises avec mon téléphone. Vous le voyez bien, non? Elle est bien là, ma voisine, à moitié ensevelie sous les feuilles?

AGENTE DROUIN: Ça ne prouve rien. Votre histoire ne tient pas debout.

MICO: Chaque jour, imperceptiblement, elle s’approchait de la maison, sous les feuilles. Si je n’avais pas soufflé les feuilles, elle y serait encore. J’imagine que son mari a trouvé un moyen pour la nourrir. En tout cas, elle ne sentait pas bon. Le visage et les mains souillés par la terre grasse. Vêtements humides, qui avaient commencé à se décomposer avec les feuilles au-dessus. De là où elle s’était ensevelie, elle pouvait très bien m’entendre, capter mes conversations secrètes, lorsque ma fenêtre était ouverte. J’ignore la quantité d’informations qu’elle a pu emmagasiner, je n’ai pas encore évalué l’ampleur des dommages, mais j’en tremble.

AGENTE DROUIN: Qui se cacherait sous les feuilles pour vous espionner? 

MICO: Ma voisine! Vous avez bien vu les photos!

AGENTE DROUIN: Vous délirez, monsieur.

MICO: Je reconnais que cela est incroyable, que tout esprit rationnel, et même pas rationnel, juste sensé, oui, tout esprit sensé rejetterait l’idée qu’une personne puisse se cacher sous les feuilles pendant plusieurs jours pour tenter de tirer les secrets de la réussite d’un éminent consultant en consultation pour futurs consultants. Je le reconnais. Je vous le concède. Je me range à vos côtés sur ce point.

AGENTE DROUIN: Vous n’y êtes pas, mon pauvre, mais pas du tout. Je ne me suis pas cachée sous les feuilles pour vous espionner, mon petit, mais pour espionner votre femme.

MICO: Anniette?

AGENTE DROUIN: Je voulais savoir ce que mon mari, mon père et mon frère lui trouvent.

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s