Sans bon sens ils avançaient devant le groupe de chèvres sur un chemin parsemé d’embuches

Ça suffit, dit-elle. Il faut juste appliquer les freins. Prendre plus de temps. Immobilisme. Reculer, si c’est encore possible. Consulter, pour passer le temps. Couler dans le béton, jusqu’en décembre, ce qui est maintenant présenté comme une simple proposition. Espérons, disent-ils, que le train abolira le programme d’immersion dans le gouvernement des lacs, car si on laisse les gens s’exprimer, si la volonté des conscients enseigne à la parenté maudite une sorte d’exposition publique, nous roulerons sur l’or. À nu!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s