L’hypocrisie du maire

Vos voix dolentes ballottent dans mes souvenirs, et vos idées flasques viennent me frapper les tempes marbrées de veines. Votre despotisme, cher maire de mon cher village, engloutit tous les espoirs de mes voisins, les noient dans vos tonnelles festonnées, on se demande pourquoi, et malgré vos airs innocents, votre roide majesté, les galons dorés aux rideaux, il est évident que vos lèvres bleuâtres ne mentent pas.

Quand je darde mon stylet, sentez-vous palpiter ma haine? Ne la superposez pas avec ces oripeaux desquels vous aimez nous couvrir. Vous brillez, mais votre teint mat, je le vois. Vous êtes démasqué, voilà tout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s