J’ai parfois peur de vous

Je n’ai vu personne, à part Marcel, jusqu’à mes quinze ans. Personne. Je vivais dans une sorte de château, et Marcel m’a toujours dit qu’il n’y avait plus que nous deux dans l’univers. Je l’avais lu dans un livre qui détaille en trois cent quarante-deux pages la catastrophe finale. Boom. Tout a disparu, sauf Marcel et moi.

J’ai lu, oh tellement lu. Ces livres d’avant la cata.

Mon préféré était un livre lilas. 

Alors imaginez ma tête!
Même si vous ne l’avez jamais vue, imaginez-la lorsque je vous ai vus!

Vous tous! Tous! Tous! Tous!

Je m’étais égaré, j’avais momentanément échappé à la surveillance de Marcel. Et je vous ai vus.

D’abord par grappes. Quelques demi-douzaines ici, quelques demi-douzaines là.

Puis par coupes pleines!

Partout, vous étiez partout.

D’abord j’ai eu peur. Puis je vous ai pris pour des êtres d’une autre planète. Puis j’ai eu peur à nouveau et j’ai couru me cacher dans ma sorte de château.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s