Le voleur

JEAN: Tu peux bien aller en enfer, ou au centre commercial, ou à la piscine, ou chez ta sœur, qu’est-ce que je m’en balance! Je veux ton argent, pas de souvenir, pas de baiser, pas de rendez-vous. Ton argent. Tout.

ROGER: C’est pas sérieux. T’as pas de revolver, t’as pas de fusil, pas de couteau, rien. T’es pas sérieux.

JEAN: Je suis cool mais je ne rigole pas. Ton argent! J’aime pas m’impatienter, ça me donne des migraines. Oui. C’est dans la famille. Ma grand-mère en avait aussi, quand elle s’impatientait. Elle emmerdait toute la famille avec ses migraines. Ma grand-mère est morte. Maintenant, les migraines, c’est pour moi.

ROGER: Des migraines parce que t’es impatient? Étrange.

JEAN: Pas de traitement. Faut endurer. Donne-moi ton argent. Je vais m’impatienter.

ROGER: Ta grand-mère, elle aussi, demandait l’argent des gens?

JEAN: Non. Elle vendait des tartes et des laissez-passer pour la fin du monde. Certaine que ça s’en venait.

ROGER: Un peu folle, quoi.

JEAN: Mais ses tartes! Excellentes! Elle en vendait des milliers chaque année.

ROGER: Avoir su. Je devrais m’informer, peut-être mes parents, mes grands-parents en ont acheté. Tartes aux pommes?

JEAN: Oui. Mais pas que ça. Ton argent. Je ne plaisante pas. Je suis cool, mais sérieux.

ROGER: Rhubarbe?

JEAN: Oui. Ton argent! Vite!

ROGER: Baies sauvages?

JEAN: Oui. Donne!

ROGER: Combien?

JEAN: Combien quoi? Il n’y a pas de combien, c’est tout, simplement tout. Tu commences à m’exaspérer!

ROGER: Combien elle les vendait ses tartes?

JEAN: Dix dollars. Au début c’était cinq, mais dans les deux dernières années, c’était dix.

ROGER: Pas donné. Elles devaient être vraiment bonnes.

JEAN: Les meilleures. L’argent!

ROGER: J’aurais aimé y goûter. Une bonne tarte, il y a si longtemps que je n’en ai mangé.

JEAN: Merde!

ROGER: Ça va? Tu en fais une de ces têtes, pour un voleur!

JEAN: La migraine! Par ta faute, elle est là!

ROGER: Prends un cachet, va te reposer, on reprendra cette conversation un autre jour.

JEAN: L’ar… L’argent… Je…

ROGER: Mon pauvre. Je dois te laisser, je serai en retard. J’ai rendez-vous en enfer, au centre commercial, à la piscine, chez ma sœur.

JEAN: L’a…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s