Heureusement qu’il y a des bicyclettes

Je me suis réveillé la tête dans de la crotte de poule, des plumes partout sur mes vêtements, les cheveux en bataille, mon amie m’a dit que j’avais l’air d’un artiste bohème, j’ai sauté sur une bicyclette munie d’un panier, j’ai filé au village acheter des cigarettes, en moins de deux j’étais de retour, nous nous sommes installés à ce guéridon à moitié pourri au fond du jardin, une des chaises n’avait que trois pattes, mais c’était bien quand même, nous avions du café dans nos tasses, de vieilles tasses ébréchées, et des cigarettes, quoique nous ne fumions pas, mais c’était vraiment ça, nous les avons allumées, elle m’a dit, “il m’a fallu tout ce temps”, j’ai regardé ma cigarette se consumer, j’en ai allumé une autre, et mon café qui refroidissait, peu importe j’aime bien le café froid, et une autre cigarette encore, je les allumais sans les fumer parce que ça me donne la nausée, et tout ce temps, les deux coudes sur la table, je fixais la fumée de ma cigarette, et quand l’une d’elles s’est éteinte j’ai répliqué, “le temps”, et nous sommes restés là toute la matinée à brûler des cigarettes, puis les autres se sont réveillés, et ils nous ont tout de suite demandé de faire la vaisselle, mais je préférais repartir à bicyclette.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s