Une brève rencontre

THÉO: Salut Josh, comment vas-tu?

Un détail, un infime détail, le collet de la chemise de Josh légèrement relevé du côté droit, lui rappelle qu’il doit passer au pressing pour ramasser sa douzaine de chemises, y laisser la douzaine à nettoyer, et comme le pressing ferme dans trente-deux minutes, ne pas tarder, le cœur palpite, surtout que l’autre côté de la rue Rachel les interpelle, tiens c’est Rachel, sa voix résonne sur les surfaces planes des immeubles, étrange écho, impossible de se dissimuler, de la semer en piquant un sprint, d’autant plus qu’elle le fascine, littéralement, mais pourquoi maintenant, il tangue, au diable les chemises, il trouvera bien le moyen, s’extirper de ces petites obligations mesquines, à moins que ce soit à Josh qu’elle, le regard s’embue, jalousie oppressante, pas envie de se mesurer avec lui, mais pourquoi se vexer, sourire, n’écorcher personne.

JOSH: Super! Et toi?

Rachel salue de la main, poursuit son chemin, Théo s’assombrit, il ira les chercher les chemises, repartir tout de suite, s’excuser, politesses, filer comme il l’avait prévu, mais qu’avait-il prévu ensuite, si au moins il ne fermait pas dans quelques minutes, ce pressing, aurait-il fallu traverser la rue pour la rejoindre, ou l’inviter à se joindre à eux, inventer un verre à prendre, un café, non surtout pas un café, il y en a eu trop, beaucoup trop avec Flore, tout avait commencé par un café, Rachel n’est pas Flore, où va Rachel, et Josh, que fait-il ici, c’est quand même loin de chez lui, loin de son boulot, pas le temps de demander, d’enquêter, promettre de l’appeler sachant que ça ne se produira pas, l’oubliera, ne voit pas pourquoi il, bon, maintenant, faut bien y aller.

THÉO: Je dois y aller, j’ai rendez-vous dans vingt minutes.

Pourquoi inventer un rendez-vous, qui ment pour une histoire de chemises, arborer un sourire franc, rendez-vous avec qui s’interrogera-t-il, homme aux mille relations, fort couru, alors qu’il n’y a personne, à peu près personne, Josh n’en est pas dupe, quelle fanfaronnade, il s’égosillera, je me ridiculise, c’est sans doute ça, cette difficulté à rester franc avec lui qui m’éloigne, j’aspire à autre chose, ne pas se farcir de ces pensées lancinantes.

JOSH: Toujours aussi occupé! À bientôt!

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s