Quand la chanteuse sort du haut-parleur dans un café

Au café, du matin au soir, c’est la radio. Station musicale. J’étais là avec Joey ce matin, et pas très loin, il y avait Hubert et Lila. La musique ronronnait, nous inondait de sons suaves surannés. Par contre. C’est quand elle est sortie, la chanteuse. Quand la chanteuse est sortie du haut-parleur, les esprits se sont embués, la patronne bredouillait des onomatopées, nous arborions tous une mine d’écorchés. Dès qu’elle est sortie, la musique s’est arrêtée. La chanteuse a commandé un café, double serré. C’est là. Oui, à ce moment précis. Elle les a vus, Hubert et Lila, qui s’étreignaient les doigts. Nous avons bien vu que ça ruminait en elle, qu’il y bouillait quelque chose. Mais quoi? Elle s’est plantée devant leur table, celle d’Hubert et de Lila. J’étais fasciné, mais je n’étais pas le seul. Chanteuse incandescente. A décoché un de ces regards à Hubert, le pauvre, venant d’une chanteuse sortant d’un haut-parleur, où ça le mènerait? On l’a vite su. La chanteuse a interpellé Hubert, lui a ordonné de lui céder sa place. Avait-il le choix? Il a prétexté une envie pressante, a couru dissimuler sa honte aux toilettes. Pendant ce temps, les deux coudes sur la table, la chanteuse a caressé les mains de Lila, conjointe de Hubert depuis treize années deux mois trois jours. Sans transiger, elle lui a tout balancé. Qu’Hubert mangeait des burgers en cachette, qu’il lisait des livres de Danielle Steel, qu’il s’était secrètement abonné à un club privé de courtepointe, qu’il était membre d’une organisation politique révolutionnaire, et qu’il mordillait les fesses d’Henriette tous les mardi, jeudi et samedi. Pâle comme un drap pâle, Lila a formulé un imperceptible remerciement, à moins que ce ne soit une imprécation, ou encore une malédiction. Sans un mot de plus, la chanteuse a bu son café, et a retraité dans son haut-parleur. Dès son retour du pipi, Hubert a ouï, de la bouche de Lila, des mots qu’il n’avait jamais ouïs auparavant. Mon sacrement, qu’elle a dit, et sans hésiter lui a reproché ses torts, qu’il avait variés et nombreux. Il avait manifestement la trouille, mais elle a persisté. Lui a indiqué qu’il se retrouvait, de facto, dans de beaux draps. Elle piaffait, gémissait, remâchait ses plaintes. Surtout, plus que tout, évidemment, elle ne digérait pas ses activités secrètes au sein du club de courtepointe. Dans de beaux draps! Qu’elle lui a répété. Sacrement! Qu’elle a renchéri. Pour ce qui est des fesses d’Henriette, il a nié, elle a juré. Sacrement! Et puis, qu’il a enchaîné, depuis quand les chanteuses sortent des haut-parleurs pour raconter des sornettes pareilles? À ce point, le débat s’est étendu à toute la clientèle. Difficile vérité, comme tu nous échappes, visqueuse et malodorante. Nous n’avons toujours pas terminé cette discussion, qui va bon train, qui s’enflamme, qui se refroidit, qui s’enflamme à nouveau. J’en ai profité pour en glisser un mot, ça me repose de leur dialectique besogneuse.

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s