La peur de ne pas être maître de l’univers

Si ce n’est pas un arbre, c’est peut-être un chou, un citron, une chaise, un tableau, un bricolage. Jouer à l’indifférent ne changera rien, vous louchez de ce côté, impossible de dissimuler. Oh ça va. Pas la peine de se braquer. Semez vos plaintes ailleurs, nous restons de marbre devant votre trouille. Car le chou, le citron, la chaise, le tableau ou le bricolage vous carillonnent leur indifférence, et gourmandent votre esprit qui voudrait en faire des extensions, une sorte d’ectoplasme palpitant qui roucoulerait les mêmes chansons. Eh bien, non. Ils vont leur propre chemin, benoîts, ruminent leurs propres obsessions, piaffent chacun pour soi. Qu’on vous moleste, qu’on vous mordille, qu’on se déleste de votre corps pour le détraquer au point de l’anéantir, rien ne changera. Imprimez cela dans ce qui vous sert d’aide mémoire.

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s