Conversation intime

LANCLEB: J’aimerais ça, moi, entendre Lindustrie Dubleuet.

DRYLAN: Passionnément.

LANCLEB: Elle se fait tirer l’oreille. Ne réponds ni à mes courriels ni à mes mugissements.

DRYLAN: Subrepticement.

LANCLEB: Je comptais sur toi pour l’attendrir. Raconte-lui une jolie fiction. Dis-lui que j’aime ses cheveux bouclés, ses robes à fleurs. Sa bouche munie de trente-deux dents.

DRYLAN: Rustiquement.

LANCLEB: Dire qu’il y a dix ans, elle m’a touché la main. J’ai bien cru qu’elle et moi. Tu vois. Des fiançailles, des épousailles. Au moins, pas cette bataille. Quotidienne.

DRYLAN: Artistiquement.

LANCLEB: Ma douce, ma mouche, invente, offre-lui un panier de langoustines, des chambres à air, un piston. Entre dans son giron, gravite dans son orbite, pique sa curiosité, son nez, sa fesse s’il le faut.

DRYLAN: Imperceptiblement.

LANCLEB: Surtout, évite madame sa mère, madame Dubleuet. Elle te tombera dessus, t’écrasera, t’absorbera. Mieux vaudrait, si attaquer par la bande s’avérait indispensable, songer à son cousin Roger, ou même à son grand-père Alcide.

DRYLAN: Éternellement.

LANCLEB: Tu brûles tous mes espoirs. Pourtant, la fille de l’amie de la soeur de l’amie de la fille de la cousine de la fille de la belle-soeur de la belle-soeur de la soeur de la grand-mère de Lindustrie nous avait suggéré le contraire.

DRYLAN: Miraculeusement.

LANCLEB: Même si tout s’écroule, je resterai dans votre groupe, le groupe des vivants. Au moins, toi tu me comprends. Tu sais comment donner un sens à la vie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s