Il y a toujours l’espoir

Oups. L’auteur a perdu le fil.

Rien n’est de sa faute. Ce jour-là,  à vingt-trois heures cinquante-neuf, il s’est soudain réveillé, sentant quelque chose.

LA VOISINE: Quoi?

Il l’ignorait encore. Mais une minute s’est écoulée, et soudain, la révélation.

LA VOISINE: Hein?

Métamorphose. Il s’était transformé, comme cela nous arrive, à chacun, arbitrairement.

LA VOISINE: Pas vrai?

Lui, habituellement si vieux, presque vieillard, lui qui rétrécissait à vue d’œil, le voilà qu’il a soudain rajeuni. Adolescent! Oui madame, oui monsieur, à minuit, il était adolescent.

LA VOISINE: Sérieusement?

Le seul problème, car il y en avait, un immense, un inattendu, inquiétant et décevant, il n’était pas qu’adolescent.

LA VOISINE: Ah non?

Il était adolescent, certes, mais adolescent loup-garou. Alors, vous voyez. Vous voyez?

LA VOISINE: Oh!

Il avait prévu écrire, lire, écrire, lire, écrire, lire, écrire. Sauf que sous le joug de sa nouvelle nature, il s’est retrouvé à parcourir les rues de la ville à la recherche d’un goûter. Maintenant, il craint la prochaine pleine lune. Il songe, généreusement, à s’exiler sur une île déserte, ou sur une banquise. Il y songe, mais comment s’y résoudre? Après tout, il y a toujours l’espoir que ça ne recommencera pas.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s