Balade au clair de lune

WAWO: Salut Berthe, tu es jolie.

BERTHE: Je ne suis pas Berthe, je suis WOTATIWOSTIE.

WAWO: Désolé, je confonds. Toujours. Tu es Wotatiwostie qui est elle-aussi qui est moi qui a posté des milliers de lettres dans des milliers de villes où vivent des gens qui s’intéressent aux microscopiques ascensions méditatives sans vouloir bouger parce que remuer leur rappelle une fin qu’ils ont entrevue.

WATATIWOSTIE: Est-ce qu’il y a plus de musique qu’autrefois?

WAWO: Je préfèrerais marcher sur la plage avec toi. Est-ce que tu te déshabilleras?

WATATIWOSTIE: Je ne me suis jamais habillée. On croirait que tu as bu. Ou autre chose.

WAWO: J’ai du sable entre les orteils.

WATATIWOSTIE: Je rêve que je suis Berthe. Je suis Berthe.

WAWO: Nous pourrions dormir ici.

BERTHE: Pourquoi pas. Il y a longtemps que papa a vendu la porcherie, que maman s’est acheté un paquet de billets d’avion.

WAWO: Oui.

BERTHE: Essayons.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s