La détermination de L face au désarroi

Vous connaissez L? Évidemment, vous ne le connaissez pas. Il ne naquit pas jadis. Quand cela se produira-t-il? Encore quelques années, et ce sera jadis. L, il aime la révolution, il aime F, il aime la bière. Quand L ferme les yeux, il revit, avec sueurs froides, horreur, incompréhension, l’assassinat de F. D’autant plus que le coupable, bien protégé par d’influentes gens du nord, court toujours. Parfois, aussi, quand L ferme les yeux, il revoit F qui n’a pas été assassinée, qui a même été son amoureuse le temps d’une pièce de théâtre, qui est partie à la fin avec son cachet, sans même le saluer. Alors L ouvre les yeux, et se rend compte que ça ne va pas. Que s’est-il donc passé, demande-t-il à sa voisine, qui pourrait bien jouer un rôle plus important dans sa vie. Elle reste muette, car elle craint son mari, qui est banquier et chasseur d’ours. L ne boit donc plus de bière. Il sait qu’il ignore ce qu’il est advenu de F, et de sa relation avec F. Alors il remue ciel et terre, il prend des risques. Par exemple, il parle fort dans la rue, contre tout ce qui ne va pas, le temps, l’espace, et les deux ensemble, et vice versa. C’est une révolution, raconte-t-il aux enfants qui lui tirent la langue. Stoïque, L regarde droit devant soi, lève au ciel le bras gauche et au bout de ce bras l’index gauche, et proclame aux absents qui abondent, qu’il ira droit devant, et que rien ne l’arrêtera.

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s