Yvon, Yvan, Yves et le podoscope

​​YVON: Je crois que Marcel est le frère de Jean. J’avais rencontré Aline qui achetait des souliers pour Michel. Aline était très aimable.

YVAN: Marcel était le frère de Jean. Il ne l’est plus.

YVES: L’un de ceux-là était hyper gentil. Malheureusement il est mort il y a deux ans.

YVAN: Je me rappelle de la machine.

YVES: Idem pour moi.

YVON: Marcel vendait des souliers canadiens.

YVES: Mon père n’achetait que ceux-là.

YVAN: Très beaux retours de cette époque. Nous disparaîtrons à force d’y retourner.

YVON: C’était la seule boutique qui possédait un podoscope. On y fourrait le pied pour voir si les chaussures nous allaient.

YVES: Sans protection, évidemment. C’était le bon temps. Yvan a raison, nous disparaissons. Lentement.

YVAN: J’aimais y aller avec ma maman. Il y avait un grand choix!

YVON: C’était un bon gars, un client de la librairie S. et aussi du casse-croûte chez B, de l’autre côté de la rue.

YVES: Moi aussi. Aussi.

YVAN: C’était la boutique de choix pour la qualité. J’en vois des images floues. Retrouvons toutes les images, voulez-vous?

YVON: C’est dangereux.

YVES: Grand risque.

YVAN: Hé oui! Mais, qu’est-ce qu’on aimait voir nos os!

YVES: Aujourd’hui, les rayons X, c’est dangereux.

YVAN: Pas besoin d’être aujourd’hui. Tu nous égares!

YVON: Je viens de trouver!

YVAN: C’était une simple boîte en bois. Un appui-talon, et une fente rectangulaire où l’on glissait le pied. La lecture se faisait en haut de la boîte, inclinée à soixante-dix degrés.

YVES: J’avais oublié et ça me revient. Bons souvenirs! Très beau souvenir!

YVAN: Il y avait un podoscope au bout de la rangée de fauteuils. C’était la seule boutique qui en possédait un. Peu importe où nous achetions les chaussures, nous passions toujours par là pour voir nos pieds. Aujourd’hui avec toutes les réglementations, c’est probablement interdit de s’en servir. Qui s’en rappelle de ce temps?

YVON: On s’amusait à fourrer le pied là dedans, je ne sais plus combien de fois de suite. La quantité de rayons X qu’on a dû prendre!

YVES: C’était la seule boutique où je pouvais me chausser. Je crois que c’est une certitude. À inscrire au tableau des vérités.

YVAN: L’image était en vert. Nous pouvions observer les déformations du pied, mais comment évaluer? Le vendeur n’était tout de même pas podiatre! La première fois, j’y suis allé avec ma mère.

YVES: Nous ne nous en sortirons pas. Nous nous évaporons, et c’est bien dommage, parce que des images me reviennent.

YVAN: À force de balancer dans le temps, on finit en personnages creux, sans attache, même pas en mesure de créer l’illusion.

YVAN: Si peu de choses. Adieu les gars!

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s